Disparition de Georges, une tortue géante centenaire. Blog Animaute

Il y a deux semaines, je vous parlai de Bibi et Poldi, deux tortues Galapagos du zoo de Klagenfurt qui se séparaient après 115 ans de vie commune.

En lisant les journaux il y 3 jours, j’ai lu une information intéressante même si un peu triste.

Disparition de George le solitaire- Tortue« Georges le solitaire », une tortue géante centenaire, est décédé. Sa disparition marque donc la fin de son espèce sur l’archipel équatorien des Galapagos. C’est également un symbole de la lutte pour la reproduction de cet animal. En effet, les scientifiques se sont battus durant 30 ans pour sauver l’espèce, en vain!

Georges avait tout de même 100 ans !

Il était l’unique survivant de l’espèce « Geochelone Abigdoni »  qui fut découverte il y a 30 ans sur une des îles de cette réserve naturelle isolée de l’océan Pacifique. « Son état de santé était bon […] Rien ne présageait une telle chose », a confié, inconsolable, Washington Tapia, un biologiste du parc national des Galapagos.

Les raisons de sa mort sont encore inconnues car cette espèce peut vivre jusqu’à 180 ans. L’autopsie permettra peut être de découvrir les causes de son décès et son âge précis.

Pourquoi l’espèce s’est éteinte ?

Georges était le dernier représentant de son espèce. « C’est l’extinction totale d’une espèce de plus sur la planète et un message aux êtres humains : ne pas être responsable de ses actions peut avoir des conséquences fatales », a commenté le biologiste.

Pourquoi ces tortues ont elles disparues ?

Selon les spécialistes, les principaux ennemis de ces tortues étaient  les pirates qui écumaient la région durant les XVIIIe et XIXe siècles et qui en avaient fait l’un de leurs plats favoris.

Dès la découverte de Georges, les scientifiques sont partis à la recherche d’un autre individu de l’espèce, dans les Galapagos, mais également dans les parcs zoologiques du monde. Mais sans succès.

En 2008, les chercheurs ont une idée. Dans une île volcanique proche, des tortues femelles génétiquement proches existent. Ils tentent alors un rapprochement mais après 15 ans de vie commune, ou plutôt de cohabitation, les tentatives de reproduction échouent, même à travers l’insémination artificielle.

Pour lui rendre hommage, Georges fera son entrée dans le Livre Guinness des records et sera embaumé.

Ironie de la situation ou petite touche d’espoir, son décès survient alors qu’une étude de l’Université américaine de Yale a annoncé en janvier dernier la découverte d’une espèce de tortues des Galapagos, la « Chelonoidis elephantopus », qu’on croyait éteinte depuis 150 ans.

 

[fblike]

le site animaute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *